PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

lundi 6 novembre 2017

DAVID CONTRE GOLIATH




Nous connaissons tous cette légende biblique qui met en scène ce jeune David, de petite taille, qui se retrouve face à un géant, nommé Goliath, tout de muscles et de forte taille. Un récit qui nous renvoie à cette lutte des puissants contre les faibles, des empires contre des peuples. La symbolique de cette légende rappelle aux puissants qu’ ils peuvent également être vaincus par beaucoup plus faibles qu’eux.  C’est ce qui s’est produit lorsque le petit David plaça une pierre dans sa fronde  et la lança avec force et précision tuant sur le coup le puissant Goliath.

Le combat de David contre Goliath est un épisode de la Bible (1Samuel 17, 1-58) et cité aussi dans le Coran (Sourate 2, verset 251) dans lequel David, fils de berger Isaïe, le plus petit de ces 7 frères et encore adolescent, abat le héros des Philistins, le géant Goliath , d’un caillou lancé avec une fronde»

Les moments que nous vivons ne peuvent que nous rappeler cet épisode des temps bibliques. Nous avons un géant Goliath qui ne manque aucune occasion pour bien faire comprendre que personne ne saurait le retenir dans ses ambitions de conquêtes et de domination. Sa patience a des limites et malheurs aux peuples et nations qui se mettent au travers de son chemin. Il est le plus fort et le plus puissant.

Kim-Jung-un ne l’entend pas ainsi. Si ce Géant et tous ses alliés le menacent d’anéantissement, ce dernier demeure relativement calme et met plutôt en garde ces forces impériales et provocatrices dont le retour de toute intervention risquée de leur part marquera la fin à leur destin. C’est comme si ce David biblique disposerait d’une arme secrète à laquelle la puissance du Goliath impérial ne saurait lui résister? Faut-il faire une guerre pour le savoir?  Mieux ne vaut pas , les enjeux seraient trop grands pour l’Humanité.


L’impatience qui a atteint ses limites en ce Géant étasunien repose finalement sur quoi? Les essais nucléaires, réalisés à ce jour par la Corée du Nord, ont-ils causé des incidents majeurs dans d’autres pays ? Sont-ils avant tout de nature offensive ou plutôt de nature défensive? Pourquoi la Corée du Nord n’aurait-elle pas ce droit comme l’ont eu les États-Unis, la France, Israël, la Russie, la Chine et plusieurs autres États? Que la Corée du Nord veuille se faire respecter grâce à sa puissance nucléaire par d’autres États, également de puissance nucléaire, qui voudraient en prendre le contrôle, me semble tout à fait normal. La présence de la puissance nucléaire oblige les États en discorde à s’asseoir à une table et à négocier de bonne foi la résolution des problèmes. Il faut que cette négociation conduise, à la conciliation des intérêts des uns et des autres, rendant ainsi possible la paix. Autrement, ces négociations seraient tout à fait inutiles si les résultats recherchés étaient  la soumission ou l’élimination l'une ou l'autre des deux parties.

L’Occident impérial ne peut, sous le libellé de la défense de la liberté et de la sauvegarde de la civilisation occidentale, justifier ses guerres de conquêtes et de domination. Ce libellé, dans la bouche des maîtres politiques et économiques de cet Occident devient un véritable Cheval de Troie dont la véritable réalité est celle de protéger la liberté des conquérants et dominateurs dans le cadre d’une civilisation dont ils sont les seuls maîtres. Ces maîtres de la manipulation savent que les peuples veulent la liberté et être partie prenante des grandes valeurs de civilisations.  L’usage de ces termes sans en détailler outre mesure les contenus permet d’aller chercher l’adhésion de leurs propres peuples.

L’Humanité est tout autant occidentale qu’orientale et toute civilisation humaine et toute liberté qui n’y trouverait pas sa place dans l’un et l’autre ne saurait être civilisation et liberté humaines.



Oscar Fortin
Le 6 novembre 2017


Aucun commentaire: